Translate

lundi 22 août 2016

L’évolution de Semlex, le spécialiste de la biométrie

Le siège social de Semlex Europe, à Bruxelles.


Semlex Europe est une société belge, reconnue à travers le monde pour son système d’identification et d’authentification par la biométrie. Elle est la première à proposer ce type de service en Afrique.
Comment se fait il que cette petite société belge se soit transformée en une entreprise
internationale? C'est ce que nous allons découvrir ici.

Tout d’abord, la société Semlex Europe fut fondée par son directeur général actuel, Albert
Karaziwan, animé par la certitude que le monde actuel peut être d'avantage sécurisé. Pour
ce faire, il est important que les documents d’identité et de voyage puissent bénéficier d’une
plus grande fiabilité.
Comme solution, Semlex propose l’identification à l’aide de la biométrie, qui permet de sécuriser les documents et d’une base de données regroupant les informations biométriques. De cette manière, l’identité du voyageur ou la véracité d’un document peuvent être facilement vérifiées grâce au système conçu par l’entreprise qui établit une comparaison entre les différentes empreintes digitales.

L'objectif fondamental de Semlex est de renforcer le niveau de sécurité des citoyens au niveau national. Ce système permettrait donc de surpasser les méthodes habituelles de sécurité. La création de l’entreprise débute en 1992 par la mise en place de la biométrie. Semlex Europe se lance alors sur le marché africain pour répondre à un taux considérable de fraudes à l’identité.

Semlex introduit la biométrie en Afrique avec la première carte professionnelle biométrique pour le Tchad, réalisée en 2001, suivie par la première carte d’identité biométrique. 
Lors du projet au Tchad, Semlex a fait preuve de professionnalisme et de fiabilité, ce qui a permis à la société de signer d’autres contrats avec des pays africains.
L’entreprise belge a ainsi entamé ses premiers projets en Guinée-Bisseau, au Gabon et à Madagascar. En 2014, la société a acquis une entreprise lituanienne, une imprimerie spécialisée dans l’impression fiduciaire.

e-Passeports biométriques produits par Semlex


Aujourd’hui, Semlex mène deux projets importants au Mozambique et en République Démocratique du Congo. Au Mozambique, la société poursuit le projet (commencé en 2009) et suit le processus depuis la fabrication et la personnalisation des documents jusqu’à ce qu’ils soient attribués à la population. Pour ce faire, l’entreprise travaille en collaboration étroite avec les gouvernements.

De nombreux projets de Semlex Europe sont menés en Afrique, mais l’entreprise a également conclu des contrats avec certains pays européens: Irlande, Géorgie, Luxembourg, Lituanie, etc. 

Pour conclure, nous avons pu observer que la société mène de multiples projets sur les continents africain et européen.



mardi 9 août 2016

Le 1er tour du monde à l'énergie solaire

Cette année le monde a pu assister à un événement exceptionnel, une avancée technologique donnant de l'espoir pour l'avenir de la planète: Le premier tour du monde d'un avion s'alimentant uniquement à l'énergie solaire s'est achevé avec succès avec un atterrissage à Abu Dhabi le 27 juillet 2016. 


Un projet ambitieux


Ce vol effectué sans une goutte de carburant représente une première mondiale. Mais cette avancée technologique porte avant tout un message fort: désormais, on sait que les énergies propres pourront remplacer les carburants classiques. La population mondiale grandissante, les ressources naturelles se sont épuisées et ne sont aujourd'hui plus suffisantes pour couvrir nos besoins en énergie. Ce que cette expérience démontre aussi, est que l'on pourrait également appliquer la même technologie au sol, et ainsi remplacer le carburant de nos voitures.

Les fondateurs et pilotes de ce projet, appelé "Solar Impulse", sont deux entrepreneurs, Bertrand Piccard et André Borschberg. Le premier est psychiatre et aéronaute, le second ingénieur. Tous deux ont cherché des solutions innovantes, ont osé entreprendre un voyage que personne n'aurait imaginé possible il y a une dizaine d'années. 

Un avion design, léger comme l'air




Une attention particulière a été prêtée à l'esthétique de l'avion: une ligne élégante, sobre, un style résolument moderne.  Outre ses performances, c'est la beauté de l'engin qui frappe. On a par ailleurs l'impression qu'il est particulièrement léger. C'est le cas: c'est l'avion le plus léger jamais construit (par rapport à sa taille). 

Sa longue aile qui le caractérise est constituée de résine protectrice, de LEDs pour l'éclairage et de cellules photovoltaïques. Sa conception aura nécessité 12 années de recherches préliminaires. Une équipe de chercheurs et spécialistes auront suivi cette aventure de la conception de l'appareil à son atterrissage à Abu Dhabi.


Projets futurs 

Après cette traversée remarquable, André Borschberg et Bertrand Piccard n'ont pas fini de nous surprendre. Décidant de surfer sur le succès de SI2, ils ont établit le ICCT, comité international pour les énergies propres, ayant pour but de rassembler les experts en la matière pour proposer aux gouvernements des solutions écologiques. Le défi n'est pas des moindres, Bertrand Piccard en a bien conscience: remplacer nos vieilles machines polluantes par des nouvelles technologies propres demande un certain "courage politique" et un "esprit entrepreneur". 
Les deux entrepreneurs travaillent dans le même temps sur un projet de drones solaires, qui utiliseraient le soleil comme source d'énergies continue. Certaines multinationales s'intéressent déjà au projet, comme Facebook.
Autre retombée positive du succès de Solar Impulse 2, le monde de l'aviation s'intéresse de plus en plus à l'énergie électrique. La NASA et Airbus travaillent actuellement sur la propulsion électrique. Il est un peu tôt pour penser à des vols avec passagers à l'énergie solaire, mais on parle déjà de concevoir des avions électriques pouvant transportant une cinquantaine de passagers. Le progrès est en marche...  


À savoir:

  • L'énergie solaire est une énergie "propre", car elle ne rejette pas de CO2. C'est une solution écologique qui pourrait à terme remplacer les carburants classiques.
  • Le voyage aura duré 5 jours et 5 nuits.
  • Le SI2 a effectué 17 étapes, avec une première étape américaine à Phoenix en mai 2016, et un dernier vol du 24 au 27 juillet 2016 du Caire à Abou Dhabi.
  • 40.000 km ont été parcourus sans carburant: Une première mondiale. 
  • 17.248 cellules photovoltaïques ont été placées sur l'aile pour capter les rayons du soleil.
  • L'avion Solar Impulse est le résultat de 12 années de recherche.

jeudi 3 mars 2016

8 QUESTIONS sur le passeport de la République Démocratique du Congo

Semlex passeport Congo
Source: Passeports RDC - Semlex Group


Entretien avec Albert Karaziwan, directeur général de la société Semlex.

Le passeport biométrique a fait son apparition en République Démocratique du Congo en janvier 2016. Les agents de l’État congolais travaillent avec la société Semlex, spécialisée dans la production de documents d’identités biométriques. Le directeur de la société, Albert Karaziwan, est un entrepreneur belge passionné par les nouvelles technologies. Il nous explique en 8 points ce qu’il faut savoir sur le nouveau passeport congolais.

1.      Pourquoi utiliser la biométrie dans un passeport ?
Pour le sécuriser d’avantage. Parce que l’utilisation de la biométrie, dans ce cas la reconnaissance des empreintes digitales, prévient considérablement toute tentative d’usurpation d’identité. Comme chacun sait, nos empreintes digitales sont uniques, nous dit Albert Karaziwan.
Imaginez qu’un individu dérobe votre passeport. S’il vous ressemble à peu près physiquement et à l’air d’avoir le même âge, il pourrait utiliser ce passeport et voyager sans problème avec votre document d’identité. Seulement si la biométrie entre en jeu, ce n’est plus possible. Lorsque la puce du passeport sera lue lors d’un contrôle (à la frontière, à l’aéroport,…), on pourra directement voir que les empreintes enregistrées dans le document ne correspondent pas à celles du prétendu propriétaire. Cela empêche aussi les « doubles identités » : une personne ne peut se présenter plusieurs fois sous différents noms, car ses empreintes seront reconnues lors de l’identification. C’est pour ces raisons que Semlex propose d’intégrer la biométrie aux sécurités du passeport : avec les empreintes digitales, on est sûr de l’identité du détenteur du document.

2.    Combien de temps le passeport congolais est-il valable ?
Le nouveau passeport de la République Démocratique du Congo sera valable 5 ans.
3.     Dans quels pays permet-il de voyager ?
Le passeport est reconnu internationalement, il permet donc de voyager partout dans le monde.
4.    Le passeport est-il déjà disponible ?
Tout à fait, il est disponible depuis décembre 2015.
 
Shutterstock article Semlex

5.     Où peut-on demander un passeport ?
Il est possible de faire la demande d’un passeport à Kinshasa, ainsi qu’auprès de l’un des 26 centres provinciaux créés à cet effet en République Démocratique du Congo. En dehors du territoire, les différentes Ambassades de la RDC sont actuellement en train d’être équipées de stations d’enregistrement biométrique pour les congolais se trouvant à l’étranger qui désirent se procurer un passeport, et les fonctionnaires des Ambassades sont formés aux procédés d'enrôlement par les ingénieurs de Semlex (à ce propos, voir l'article "Affaires étrangères: la RDC accélère la mise en circulation du nouveau passeport biométrique à puce électronique")

6.    Quelles sont les caractéristiques de ce nouveau passeport ?
Le passeport congolais est à présent biométrique et électronique. Concrètement, il est doté d’une puce électronique reprenant les informations imprimées sur le document, auxquelles sont ajoutées les empreintes digitales (caractéristique biométrique) du voyageur.
7.     Comment Semlex s’est-il démarqué pour la production du passeport de la RDC ?
Le groupe Semlex est un acteur important en Afrique depuis qu’il a développé le premier passeport biométrique sur le continent, nous explique Albert Karaziwan. La société aussi a développé un système unique d’identification et d’authentification des documents de voyages. De plus, sa longue expérience en Afrique lui a permis de fonder une réputation solide sur le continent. En choisissant Semlex, l’État sait qu’il travaille avec un expert pour la production de ses documents d’identités nationaux, disponible tout au long du projet et à l’écoute de ses besoins.
8.     Le passeport est-il conforme aux normes internationales ?
Le passeport congolais est effectivement conforme aux normes internationales (INTERGRAF et ICAO), et est donc reconnu internationalement.

Entretien E. Figaro, le 3 mars 2016.

Semlex article Congo source Wikipédia



Sources Photos et infos:  http://www.semlex.com/semlex-group/ ,  Photos Wikipédia  et  Shutterstock.  Plus d'infos sur le passeport congolais:  "Nouveau passeport pour le République Démocratique du Congo", Communiqué Semlex 2016.

mardi 23 juin 2015

AKON offre l'énergie solaire aux africains avec la "SOLAR ACADEMY"

Akon n'est pas qu'un talentueux chanteur-compositeur de RnB... C'est aussi un entrepreneur qui a récemment mis sa fortune à profit du plus grand nombre.

 "Éclairons le futur de l'Afrique et apportons de l'espoir à des millions d'africains." Akon (Image: Thesource.com)

En effet, le chanteur de 42 ans a lancé le projet "Akon Lightning Africa", ayant pour ambition de fournir en électricité solaire jusqu'à 600 millions d'Africains.

L'institution, baptisée "SOLAR ACADEMY", permettra de former de futurs ingénieurs qui développeront des systèmes d'électricité solaire. Ceux-ci pourront alimenter les pays d'Afrique privés d'électricité.
Discours du chanteur au Sénégal (Source)

Le lancement du projet est prévu pour l'été pour l'été 2015 au Mali.

Un projet ambitieux et intelligent, à suivre sur akonlightingafrica.com

Inauguration au Mali (Source)


Akon au Bénin (Source)


Sources: 
http://akonlightingafrica.com/?lang=fr
http://www.thesource.com

jeudi 19 février 2015

Je suis Charlie

La liberté d'expression est de nos jours un droit primordial pour lequel il faut se battre...



On en parle beaucoup depuis le 7 janvier 2015, date à laquelle le journal satirique Charlie Hebdo a été sauvagement attaqué par deux hommes armés de kalachnikovs, qui ont ôté la vie à de simples dessinateurs, qui ne faisaient que leur travail: faire rire, choquer, se moquer des hommes politiques, hommes d'églises, et même parfois Dieu lui-même et ses prophètes. ET ALORS?
C'est normal après tout, je suis personnellement pour qu'on puisse rire de tout, mis à part de ceux trop faibles pour se défendre. Mais les personnes soit-disant "intouchables" (dont on n'est pas censés se moquer par respect) sont avant tout des hommes comme les autres. C'est pour cette raison qu'il est important de pouvoir se moquer d'eux, car il faut toujours garder à l’esprit qu'ils ne sont que des hommes et non des sur-hommes, tout prêtres, politiciens ou célébrités qu'ils soient.

Merci donc à Charlie Hebdo pour sa franchise affichée toutes ces années et qu'il continuera à balancer à la figure de tout ceux que cela dérange!
Finalement, la mobilisation que les Français et le monde entier ont montré suite à ces attentats, et le fait que le magazine continue d'être publié et un beau pied de nez à ces terroristes, qui ont finalement provoqué l'effet inverse de ce qu'ils espéraient, à savoir faire taire la voix effrontée de Charlie.


Une pensée pour la Syrie




Permettez-moi ce pendant de faire un parallèle à cet événement. Cette sombre histoire qu'a vécu la France ne peut m'empêcher de me faire penser à ce qu'ont vécu les Etats-Unis lors des attentats du 11 septembre. En effet, la France tout comme l'Amérique est une puissance mondiale qui se croyait intouchable, et fait partie des pays qui de nos jours font la guerre, mais à l'étranger et de façon indirecte, en envoyant des armes aux forces qu'elles décident de soutenir. Elle est tombée de haut, comme les Etats-Unis, lorsqu'ils ont vu des islamistes se retourner contre eux... Mais n'est-ce pas ironique que la France ait justement envoyé des armes aux terroristes syriens islamistes? Ces terroristes ayant récupéré la révolte populaire syrienne, que jusqu'à peu les médias français -comme la grande majorité des médias étrangers- appelaient gentiment "combattants de l'armée libre" ou encore"rebelles". Ces terroristes ont longtemps été soutenus par la France et les Etats-Unis, ce qui a été déplorable pour le peuple syrien. Maintenant la France a peur et se réveille, ce qui est une bonne chose. Les manifestations de solidarité contre le terrorisme ont montré que la France et le monde comptent un grand nombre de personnes voulant défendre la liberté d'expression, que nous ne voulons pas que les régimes totalitaires et le fanatisme religieux l'emportent sur la démocratie et la liberté d'expression. Mais la France devrait profiter de cet événement pour réaliser que le Moyen-Orient compte aussi des victimes du terrorisme.


"Aux chiottes toutes les religions!"

Ensuite, j'aimerais que cet événement nous fasse réfléchir au fait qu'une fois de plus, la religion -cette fois-ci l'Islam- ou plus précisément la mauvaise interprétation des textes, a provoqué un bain de sang. Pourquoi ne laisserions-nous pas de côté un instant nos croyances religieuses pour vivre en Paix? La religion a toujours été une raison et surtout un prétexte pour faire la guerre.

Ce qui est le plus triste dans tout cela, c'est qu'à la base de toute religion on retrouve toujours l'amour et le respect de l'autre. Et finalement qu'est-ce que la plupart des gens retiennent? Ce qui les arrange. Au lieu de propager des messages d'amour, de tolérance, ils se servent de la religion pour juger les autres sur leurs comportements: combien d'homosexuels ont-ils été montrés du doigt par les croyants, toutes religions confondues? Combien de femmes sont-elles jugées sur leur façon de s'habiller, d'être de "bonnes mères", de "bonnes épouses"? Les femmes et les homosexuels, ce n'est un secret pour personne, ont toujours été les premières victimes des fanatiques religieux. Pour eux, les premières se doivent de rester soumises et discrètes, les seconds ne devraient tout simplement pas exister.
Les autres victimes des fanatiques religieux sont tous ceux qui ne partagent pas leur foi, et cela va même plus loin, ceux qui ne vivent pas leur foi de la même manière qu'eux.

Comment peut-on faire tourner sa vie autour de la religion, s'en servir pour persécuter, juger les autres, cela reste difficile à comprendre pour moi. Je suis pourtant croyant et je pense qu'il y a encore une chance pour qu'aujourd'hui la religion serve à ce qu'elle aurait toujours dû servir: permettre à tous de vivre en paix, d'être heureux. La religion transmet des valeurs de respect et d'humanité avant tout, et ceux qui n'y voient que le message d'un Dieu qu'il faut "venger" ou dont il faut faire respecter la parole par la force ne méritent pas représenter leur religion, quelle qu'elle soit. C'est pourquoi j'ai beaucoup aimé cette couverture de Charlie Hebdo, "Aux chiottes toutes les religions", car même si elle peut paraître extrême, je l'interprète de cette façon: Laisser tomber la religion, et aimez-vous les uns les autres. Le reste, on s'en fou.



mardi 27 mai 2014

Ella Eyre, une voix en or

Ella Eyre - Deeper - La Blogothèque





Un petit joyaux à écouter encore et encore...une nouvelle voix, celle d'Ella Eyre. Cette voix forte, chaude, un peu cassée va clairement vous scotcher. Avec sa crinière de lionne et son talent, il n'y a pas de doute: cette petite va faire parler d'elle!

Ella Eyre en quelques lignes:

Ella est une chanteuse anglaise de 20 ans, née en 1994 à Londres. Elle est connue aujourd'hui en partie grâce à son duo très remarqué avec Rudimental, "Waiting all night", qui a gagné le Brit Award en tant que single de l'année 2014. Malheureusement il semble qu'il n'y ait pas encore de CD d'Ella Eyre jusqu'à présent... Espérons qu'elle en sorte un très bientôt !


Je vous laisse avec un de ces morceaux, "If I go"...


       


"Good Times":



Et un dernier pour la route ....
Home - Ella Eyre



N'hésitez pas à laisser vos impressions et à partager !


Sources: Ella Eyre - Deeper - La Blogothèque; Wiki

mercredi 21 mai 2014

NON au Traité Transatlantique!

Pourquoi dire non au Traité transatlantique?

Parce qu'il nous concerne tous, qu'il arrange surtout les multinationales et laisserait peu de liberté aux États les moins riches... Parce qu'il se négocie aujourd'hui et qu'il est donc utile de savoir quels partis politiques sont pour un contre ce traité.



Pour en savoir plus sur le sujet, vous trouverez une BD explicative en cliquant ici: 
Treat the Treaty.

Vous verrez que la BD est instructive et drôle à la fois, et surtout vous trouverez en bas de page de nombreux liens vers des articles de presse plus détaillés sur le Traité transatlantique.

N'hésitez pas à signer la pétition ici 

jeudi 17 avril 2014

L'eau potable offerte à Mohéli

Mohéli, Comores-  Le 12 avril a eu lieu l'inauguration d'une station de pompage et de traitement de l'eau dans la ville de Mohéli. Grâce à ce traitement des eaux, les habitants pourront avoir un libre accès à l'eau potable.

C'est donc dans la joie que s'est déroulée cette cérémonie d'inauguration, à laquelle ont assisté plusieurs habitants de la région ainsi que plusieurs personnalités politiques dont la première dame des Comores (voir photo), Madame Hadidja Aboubacar, la ministre de l'emploi Madame Sitty Kassim, l'ambassadeur d'Arabie Saoudite et le gouverneur de Mohéli Mr Mohamed Ali Said.

Était présent également à l'inauguration le directeur général de Semlex, Monsieur Albert Karaziwan, sans qui ce projet n'aurait pas vu le jour. C'est en effet la société Semlex, ayant déjà travaillé avec les Comores pour la production de documents d'identité biométriques, qui est à l'origine de ce projet et a voulu faire cadeau de cette station d'eau potable à l'île de Mohéli.

semlex karaziwan comores
Cérémonie d'inauguration de la station de pompage et traitement de l'eau à Mohéli, honorée par la présence de Mme Aboubacar, première dame des Comores


Au cours de la cérémonie,  le notable Mr Chamsidine (voir son discours),  a insisté sur l'importance d'avoir accès à l'eau potable dans la région. Le président de l'USEM (Organisation pour la gestion de l'eau), Monsieur Mohtar Hamdane, a quant à lui remercié le président Ikililou pour son soutient au projet de Semlex, et plus largement pour son engagement pour la préfecture de Djando.

La société Semlex a également installé une station pour fournir l'hôpital de Fomboni en eau potable.


semlex albert karaziwan
La station d'eau installée par Semlex permet aux habitants
de Mohéli d'avoir l'accès gratuit à l'eau potable



Sources: Semlex.com ,  Comores-infoalbertkaraziwan.blogspot.frSemlex moçambique artigo, albertkaraziwan.wordpress.comhttps://albertkaraziwan.wordpress.com/articles/

Mohéli karaziwan santé publique, eau potable, comores, mohéli

mercredi 30 octobre 2013

12ème édition du Djembé d'Or de Guinée

La 12ème édition du Djembé d'Or de Guinée aura lieu cette année du 6 au 8 novembre 2013 au Centre culturel Franco-Guinéen. Durant ces trois jours, il y aura des projections de documentaires, des expos et témoignages d'artistes et finalement les remises de trophées aux musiciens. Le but de cet événement culturel est de valoriser les nouveaux groupes musicaux et artistes solos. Six trophées seront remis aux plus créatifs d'entre eux.

Cette année le Djembé d'Or sera célébré à la mémoire de Aboubacar Demba Camara, musicien guinéen plus souvent appelé "Demba".



Voici un aperçu des talents récompensés au Djembé d'Or 2012:

Petit Kandia, qui nous livre une musique douce, agréable et inspirée:



Amadou Sodia, avec le titre Communiquer chérie:


Ne vous arrêtez pas au clip -assez kitch-, car la voix puissante d'Amadou Sodia vaut la peine d'être écoutée...

Et voici mon favoris pour cette année:

Mansa Solo, Enfant de l'Indénié

Mansa Solo est né d'un père sénégalais et d'une mère guinéenne, et a grandi en Côte d'Ivoire, dans le Royaume de l'Indénié. Sa chanson Enfant de l'Indénié est un "hymne à l'intégration", un hommage à la royauté africaine. il nous fait partager un message d'amour, de partage et de solidarité. (Source: Koaci)


N'hésitez pas à aller sur le site officiel du Djembé d'Or pour découvrir d'autres talents!




jeudi 10 octobre 2013

La Obama-mania au Kenya

J'ai appris récemment que le président Obama faisait l'objet d'un véritable culte au Kenya, d'après le site Vice.

Cette admiration pour le président me semble un peu exagérée étant donné que Barack Obama est né à Hawaii, a fait ses études aux Etats-Unis (à Los Angeles puis à New-York) et a donc peu d'attaches avec le Kenya. Il est à moitié kenyan par son père, décédé lorsqu'il avait 21 ans.


Cela n'empêche pas de nombreux kényans d'admirer le président américain pour ses racines kényanes. Nombreux sont ceux qui ont appelé leur enfant Obama, des écoles et hôpitaux ont même été rebaptisés au nom du président, et on peut voir des représentations et produits dérivés de Barack un peu partout dans les rues. 

En images, la Obama-mania au Kenya, ça donne ça:







Photos: Vlad Sokhin.

Barack Obama est même repris dans des chansons, comme dans ce clip du rappeur Octopizzo (voir la minute 1:10)... comme quoi être fan d'Obama peut même être "Swag" ;): 

Octopozzo ft. Amina, Swag


Les Matatus, minibus kenyans High Tech

Les matatus sont les minibus kenyans qui traversent tous les jours Nairobi pour conduire un tiers des résidents de la ville à leur travail. Ces voyages sont assez long, par exemple pour les personnes travaillant à Rongai, le trajet peut durer entre 45 minutes et 2 heures selon le trafique.

Matatu offrant le wi-fi à bord

Pour faire passer le temps aux voyageurs, de nombreux matatus -plus de 1000 à  Nairobi- sont maintenant équipés de Wi-fi, et les kenyans peuvent ainsi passer leur trajet à consulter leurs mails, visionner des vidéos sur Youtube ou encore chater sur Facebook.
Des écrans avec textes défilants -mis en place par FlashCast- sont également installés dans ces minibus, affichant les dernières nouvelles, des publicités ou encore des jeux, invitant les passagers à élire "le voyageur le mieux habillé", ce qui leur donne aussi l'occasion d'engager la conversation avec leurs voisins. Ces minibus ont la quote et certains laissent passer les bus classiques, préférant monter à bord d'un matatu équipé de wi-fi.

Matatu équipé d'un écran FlashCast 

Ces nouvelles distractions ne changent cependant rien au fait que la capitale est toujours classée 4ème dans le classement des villes offrant les trajets les plus pénibles du monde, selon  l' "IBM Commuter Pain Index".
Des trajets inconfortables mais aussi dangereux: il y a eu environ 8.500 morts sur les routes de Nairobi l'an passé, selon le rapport de sécurité routière dans le monde réalisé par l'Organisation mondiale de la Santé.

IBM's Commuter Pain Index, classant Narobi 4ème pour ses trajets inconfortables

Des trajets pleins de distractions high-tech donc, mais qui restent dangereux.


Vidéo sur les matatus réalisée pour BBC news :
http://www.bbc.com/travel/feature/20130703-riding-the-matatu-in-nairobi..

Donnez votre avis!

Article vu sur:
KALAN J., The technology modernising Kenya's matatus, BBC News, http://www.bbc.co.uk/news/business-24426676, 7 oct. 2013.

mardi 1 octobre 2013

Infinite Acacia, maison d'édition à la recherche de nouveaux talents

Avis aux écrivains à la recherche d'un éditeur: une nouvelle maison d'édition, Infinite Acacia, a récemment lancé un appel à talents sur son site internet.

La maison d'édition a vu le jour à Bruxelles et a été créée par un rwandais et une zimbabwéenne vivant à Bruxelles. A travers Infinite Acacia, ces deux passionnés de littérature veulent mettre en avant les écrivains africains ou parlant de l'Afrique tout en restant ouverts à tout autre type de sujets, tant que le talent est présent! Ils encouragent aussi la diversité en invitant les auteurs à parler de personnages de cultures, religions ou orientations sexuelles diverses.



Aujourd'hui ils appellent les auteurs à envoyer leurs nouvelles  (science fiction, thriller, etc) ou short stories (celles-ci seront rassemblées dans la collection Mother Knows Best), donc n'hésitez pas à envoyer votre manuscrit... A noter, la maison d'édition est bilingue français/anglais. Pour en savoir plus, aller jeter un coup d’œil sur leur site, Infinite Acacia, "Submissions" http://www.infiniteacacia.com/submissions/ (la version française du site est en court de développement, mais je suis sûre que vous vous en sortirez avec la version anglaise!)



lundi 30 septembre 2013

Die Antwoord

Puisqu'on parle de musique, autant continuer avec un ovni: Die Antwoord (en afrikaans: la réponse), groupe hip hop sud africain complètement décalé, unique, drôle voire choquant pour certains... Les vidéos ne ressemblent à rien de ce qui se fait pour les starlettes du moment. Le couple formant Die Antwoord n'essaie pas d'être sexy ou conforme, ils ont créé leur propre style, hallucinant.



Comme il est difficile de décrire objectivement ce que l'on aime, voici une des dernières vidéos du groupe, que j'ai choisi pour deux raisons:
- Ils y parodient une vision de l'Afrique simpliste (des lions dans la rue, des maladies tropicales à chaque coin de rue...)
- On y voit une Lady Gaga terrifiée par cette Afrique du Sud "sauvage" -la parodie est franchement drôle, rien que pour ça regardez l'intro!

Die Antwoord, Fatty Boom Boom

La Grand Place fait honneur au Grand Stromae

Vendredi dernier, j'ai la chance d'assister à un concert d'artistes belges au beau milieu de la Grand Place, à l'occasion de la fête de la Communauté française.



Stromae était l'invité d'honneur et n'a pas déçu les fans. Il a commencé par le tube de l'été, "Papaoutai", suivi de "Formidable" (la chanson pour laquelle il avait piégé les bruxellois à Louise), pour finir en beauté avec le mythique "Alors on danse"... Il faut savoir que Stromae est belge par sa mère et rwandais du côté de son père, qui ne l'a pas reconnu. D'où la chanson "Papaoutai", qui parle des pères absents.



Pour ceux qui n'y étaient pas, l'ambiance était vraiment cool : des jeunes parents avec des enfants, des francophones, néerlandophones, et beaucoup d'ados euphoriques. Mais aussi quelques personnes frustrées -à juste titre- de n'avoir pas pu entrer, car les entrées vers la Grand Place ont été rapidement bloquées pour des raisons de sécurité. 

Sinon, les artistes ont assuré, en particulier Puggy qui a bien chauffé le public qui attendait l'arrivée de Stromae, qui l'a totalement enflammé.



J'ai été tout de même déçu par le fait que le show était clairement fait par et pour la télévision: les présentateurs n'en avaient que pour les caméras, et oubliaient aussitôt le public pendant les pauses publicité.

Voici donc deux vidéos, l'une qui représente la version télé: 

Stromae Papaoutai, RTBF Septembre 2013

L'autre vidéo est de moins bonne qualité mais on  y ressent l'excitation du public, surtout quand on entend la foule chanter les premières paroles de "Papaoutai" ;) : 




Malgré ces quelques reproches, j'ai passé une très bonne soirée, car finalement quel endroit aurait pu être plus parfait que la Grand Place de Bruxelles pour écouter Stromae?    

vendredi 20 septembre 2013

Deux étudiants Burkinabè créent un savon contre la malaria

Deux étudiants d’Ouagadougou, le burundais Gérard Niyondiko et le burkinabé Moctar Dembele, avaient été récompensés en avril dernier lors de la Global Social Venture Competition pour leur découverte d’un savon anti paludisme.


Ce savon, le Faso Soap, est composé de citronnelle, de karité et d’autres ingrédients gardés secrets. L’avantage de ce savon est qu’en plus de repousser les moustiques par son odeur,  il tue les larves et empêche donc la prolifération du moustique dans les eaux stagnantes, l'une des principales causes de la propagation de cette maladie mortelle. Ses utilisateurs pourront donc se laver et faire leur lessive avec ce savon pour diminuer sensiblement cette prolifération.  
L'utilisation du "Faso Soap" est une solution accessible à tous en raison de son prix très bas : 300 francs CFA (0,46€). Sa fabrication crée aussi de l’emploi à l’échelle locale et ses ingrédients sont également d’origine locale.
Cette initiative des jeunes chercheurs Burkinabè mérite donc d'être encouragée, et pour cause: à l’heure actuelle, il n’existe pas encore de vaccin efficace contre le paludisme, qui selon l’Institut Pasteur fait plus d’1 million de victimes chaque année, essentiellement en Afrique. Cette découverte a donc été remarquée pour l’impact positif qu’elle pourrait avoir sur la santé des habitants.


Aujourd'hui, les jeunes chercheurs font partie des finalistes pour un autre concours, le GIST (Global Innovation through Science & Technology)
Pour les encourager, rendez-vous ici: http://review.wizehive.com/voting/view/gist2013/0/1373925/0 


jeudi 19 septembre 2013

Africa is a country

Voici un site web intéressant en ce qui concerne les nouveautés culturelles en Afrique.

Déjà, le site a l'avantage de donner un panel large des productions culturelles africaines, de la musique à la littérature, en passant par le cinéma, la photographie et la poésie, en n’omettant pas de traiter des sujets politiques et sportifs.

Mais surtout, le site se présente d'emblée sur un ton délicieusement ironique avec son nom, "Africa is a country",  critiquant par là les idées simplistes sur l'Afrique, présentant le continent comme un grand pays sans nuances culturelles. Heureusement, il n'en est rien. Le site évite au contraire ces généralisations et met en avant les initiatives culturelles et sociales des différents pays africains. Un site à découvrir.


http://africasacountry.com

Voici également un nouveau blog (anglophone) parlant pêle-mêle d'écologie, de nouvelles scientifiques, culturelles, économiques en Afrique que je vous invite à visiter: http://africarightnow.blogspot.be/

JONAH, une vision du tourisme au Zanzibar

Pour les amateurs de courts métrages originaux, en voici un qui ne vous laissera pas indifférents. Dans Jonah, Kibwe Tavares imagine les effets -ici, désastreux- que pourrait avoir un tourisme de masse au Zanzibar. Pour cela, il met en scène deux jeunes amis, l'un s'ennuie et espère que quelque chose de spécial arrive dans leur petite ville et attire les foules. Son rêve se réalise lorsque surgit du lac un poisson gigantesque.


Ensuite, tout va très vite. On voit la ville se transformer au fil des années -dans une version accélérée avec des effets visuels hauts en couleur-, pour devenir méconnaissable. On y aperçoit entre autres des touristes éméchés,  un "Fish Bucks Coffee" -clin d’œil aux multinationales- et surtout, des déchets en quantité, le but étant de montrer l'envers du décor du tourisme et de la mondialisation. Après, chacun interprète comme il veut et je ne suis pas forcément d'accord avec cette image dramatisée du tourisme, il n'empêche que cette vidéo reste intéressante à visionner ne fût-ce que pour son originalité et ses effets visuels.

Finalement, cette évolution cauchemardesque se termine en un inévitable tête à tête entre l'imposant poisson et l'homme qui l'a découvert, dont l'issue ne sera pas révélée ici mais dans la vidéo ci-dessous...



Le film fait partie d'une série de courts métrages de réalisateurs africains, qu'on retrouve sur le site The Future Weirdhttp://www.okayafrica.com/2013/07/30/african-film-the-future-weird-screening-brooklyn/

Article vu sur Africa is a countryhttp://africasacountry.com/kibwe-tavares-short-film-jonah/.

mardi 17 septembre 2013

La Colombie accueillera la 82ème Assemblée Générale d'Interpol

La Colombie accueillera du 21 au 24 octobre prochain l'Assemblée Générale d'Interpol pour sa 82ème édition, qui se déroulera à Carthagène des Indes.
De nombreux pays africains seront représentés à cette occasion, comme le Cap Vert, l'Algérie ou encore Madagascar.
Selon Juan Carlos Pinzon, Ministre de la Défense, c'est un honneur pour la Colombie d'avoir été choisi par Interpol pour recevoir cette 82ème assemblée. Il met en avant l'importance de renforcer les outils pour combattre les crimes organisés à l'échelle internationale. 
Le Ministre ajoute que la Colombie, qui a longtemps eu une image négative en matière de sécurité internationale, travaille aujourd'hui à renforcer sa sécurité internationale et collabore avec d'autres pays pour la lutte contre le crime organisé. 

La Biométrie s'installe en Afrique - suivi d'une interview, la biométrie chez Semlex

La biométrie est installée depuis plusieurs années en Europe, en Asie et aux États-Unis. L'Afrique n'a rien à envier à ses voisins puisqu'elle compte de nombreux pays équipés de documents d'identité biométriques.
Depuis maintenant plusieurs années, une société est largement installée en Afrique : Semlex. J'ai donc voulu en savoir un peu plus sur cette société.
Tout d'abord je vous conseille ce film -je vous ai mis ici la version courte, mais il existe aussi une version longue sur youtube- qui explique bien le travail de la société Semlex et les différentes applications de la biométrie:


Semlex est une entreprise située à Bruxelles, fondée par Albert Karaziwan, entrepreneur belge. La société est spécialisée dans les systèmes d'identification biométriques et a déjà produit des passeports pour de nombreux pays africains comme le Mozambique, le Gabon, les Comores, la Guinée-Bissau ou encore Madagascar, où le passeport électronique et biométrique vient tout juste d'être mis en vigueur.

biométrie albert karaziwan
Source photo Rfi


Ses pays disposent aussi de permis de conduire biométriques, de cartes d'étudiants, des cartes biométriques d'ancien combattants et de fonctionnaires, proposés par le groupe Semlex. Finalement, la société Semlex a surtout fait ses preuves dans le domaine de la sécurité, en utilisant des systèmes de sécurité tels que le système d'AFIS Criminel (système d'identification d'empreintes digitales). Son pdg, Mr Albert Karaziwan, met un point d'honneur à la participation annuelle de la société Semlex à l'Assemblée Générale d'Interpol, impliquée dans la lutte contre le crime organisé. Les chefs de police des pays membres se réunissent ainsi chaque année afin de trouver des solutions contre les nouvelles formes de criminalité, comme par exemple les cyberfraudes.

Participants à l'Assemblée Générale d'Interpol, Carthagène des Indes, 2014


Si vous voulez en savoir plus sur le fonctionnement de la biométrie, de la prise d'empreintes digitales à la réalisation de documents d'identités, vous pouvez visionner la vidéo expliquant le travail de la société Semlex aux Comores.

Personnellement, j'ai trouvé que le plus intéressant avec la biométrie est le fait qu'elle rende impossible toute falsification des documents... puisque nos empreintes digitales sont uniques. Néanmoins des faussaires ont trouvé des moyens de falsifier les systèmes biométriques actuels -par exemple en fabriquant des copies en silicone des empreintes, avec la complicité du propriétaire desdites empreintes. Il est donc conseillé de coupler la biométrie avec d'autres systèmes d'authentification sécurisés, comme l'utilisation de la carte à puce, ce que de nombreuses sociétés comme Semlex ont choisi de faire.

On sait que plusieurs pays africains utilisent déjà la biométrie, qu'en est-il du reste du monde?
Le Royaume de Belgique, par exemple, répond désormais aux nouvelles exigences de l'Union Européenne et a  ainsi introduit le passeport biométrique en 2014.

Plus largement, des visas biométriques pour circuler dans l'espace Schengen sont déjà produits dans cinq régions du monde -Afrique du Nord, Proche-Orient, Etats du Golfe, centre-ouest Afrique et sud-est de l'Afrique- et sont prévus prochainement pour l'Amérique du Sud (5 septembre 2013) et en Asie du sud-est. 

Si comme moi vous vous intéressez à la biométrie, voici un site très complet d'actualités sur la biométrie dans le monde (sociétés concernées, nouvelles, événements et offres d'emplois): Biometric Update.com.

Sources: Semlex Grouphttp://www.semlex.com/ ; "Les Affaires étrangères et la Biométrie", Royaume de Belgique: Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développementhttp://diplomatie.belgium.be/fr/Services/services_a_letranger/biometrie/; Youtube; Slideshare; Dailymotion reportage au Tchad; Fiche Interpol. ; Moov, "Le passeport biométrique éxigé à Ivato".


Semlex dans le monde - Playlist disponible sur Dailymotion


------------------------------------------------------------------------------------------------------------

30 Janvier 2014- Interview: La biométrie, au cœur du Groupe Semlex.

J'ai eu la chance d'interviewer l'un des membres du groupe Semlex, Mr Hajjar, ingénieur commercial chez Semlex depuis 2003. Celui-ci m'a expliqué la place de la société Semlex sur le marché de la biométrie, le fonctionnement de la biométrie et son utilité pour la sécurité de nos documents d'identité, ainsi que les projets actuels du groupe Semlex en Afrique et dans le monde.


karaziwan albert semlex
Une valise d'enregistrement d'identité Semlex
avec un lecteur d'empreintes digitales (en vert)- Avec les données recueillies, la société peut, en collaboration avec l'Etat, produire tout document d'identité biométrique et/ou électronique nécessaire.  



E.Figaro : Comment la société Semlex se différencie-t-elle de ses concurrents sur le marché des systèmes d'identification biométrique?

R.Hajjar : De plusieurs manières. Tout d’abord il est important pour nous de suivre les projets sur place de A à Z. Nous proposons des solutions générales qui vont de la conception et de l’analyse du projet jusqu’à la livraison du système complet. La maintenance du système et la production continue des documents d'identité sont rendues possibles grâce à l’ouverture de bureaux et à la présence de nos techniciens sur place. Cette implication nous permet de répondre au mieux aux attentes du client. 

E.F : Qu’est-ce que le "Biometric Network System" (BNS) mis en place par Semlex ? Comment renforce-t-il la sécurité des documents officiels ?

R.H. : Le BNS, c’est la suite logicielle qu’on utilise aujourd’hui, c’est-à-dire Biometric Network System, un système en réseau de biométrie. C’est un terme qu’on a choisi pour décrire une architecture centralisée avec un serveur national à l’intérieur duquel chaque individu possède un numéro d’identification unique qui va le suivre toute sa vie. À partir de ce numéro, différents documents pourront être produits : donc la personne pourra faire faire sa carte d’identité, son passeport, bref tout les documents dont elle a besoin, tout simplement par la reconnaissance de ses empreintes digitales et de ses informations personnelles. Aujourd’hui, on est en train de passer à la nouvelle génération de logiciels, le « Web AFIS » (Automated Fingerprints Identification System), qui utilise les empreintes digitales.


"(...) chaque individu possède un numéro d’identification unique qui va le suivre toute sa vie. À partir de ce numéro, différents documents pourront être produits."

E.F. : En quoi le système AFIS se différencie-t-il du système précédent, le BNS ?

R.H. : Il est plus complet. Il nous permettra de nous adapter d’avantage à chaque service, à un projet en particulier. Il est modulable. En fait le BNS est trop fermé, c’est quand même une solution lourde et c’est difficile de l’adapter par rapport aux besoins de chaque pays. On le fait mais ça prend du temps et c’est compliqué, c’est beaucoup de travail pour la technique. Donc ce qu’on est en train de faire c’est vraiment recréer tout un logiciel avec des nouvelles technologies, de nouvelles techniques d’écriture beaucoup plus facile à manier. Le but est de rendre le système plus simple et surtout plus efficace.

E.F. : Outre les pays où vous êtes déjà présents, où se situent vos derniers projets en date ?

R.H. : Au Mozambique. C’est plus qu’un simple projet, c’est un programme qu’on a mis en place en partenariat avec le gouvernement du Mozambique. C’est un contrat général qu’on a eu avec l’État pour la fourniture d’un système global d’identification. Ce système global inclut la création d’un numéro unique : chaque personne qui va être introduite dans notre système va avoir une création de dossier avec un numéro dans lequel sera accrémenté le numéro de sa province, de son district, et puis après son numéro unique d'identification. De ce numéro-là, la carte d’identité biométrique est éditée et ensuite le passeport peut être produit par simple présentation de sa carte d’identité. À côté de ça, on s’est occupé aussi du service de la migration au Mozambique, qui est un deuxième projet attaché puisque on a mis une relation entre la base des étrangers et la base des cartes d’identité pour vérifier qu’il n’y ai pas de tentatives d’étrangers qui essaient d’avoir la carte d’identité illégalement. Nous faisons ainsi, en plus de la carte d’identité et du passeport, la carte de séjour pour étrangers, biométrique elle aussi, et nous avons créé un système de délivrance de visas qui est délivré à l’aéroport. On a aussi mis en place un système de contrôle aux frontières pour les entrées et sorties. Cela consiste en un système qui permet de lire les documents mozambicains et étrangers, enregistrer le passage des personnes par la prise des empreintes et de la photo.

"Dans tous nos projets, il est important pour nous de transmettre un savoir-faire, de former le personnel."

E.F : Avez-vous déjà utilisé le contrôle aux frontières dans d’autres pays ?

R.H. : Oui, on l’utilise aux Comores, où on vient de le mettre en place. Le premier système de contrôle aux frontières que l’on avait mis en place, c’était au Gabon. Celui qu’on a là aujourd’hui (au Mozambique) a des fonctionnalités importantes qui s'occupe de l’enregistrement de toutes les personnes, la remontée de dossiers des passages qui ont déjà été faits, par exemple si tu rentres une fois, on t’enregistre une fois et si tu reviens, même si tu utilises un autre passeport, on va te reconnaître par rapport à des comparaisons sur ton nom, sur ton empreinte digitale, sur plusieurs informations qui vont nous permettre de retrouver ton dossier. Parce que sinon c’est trop facile, tu passes une fois avec un passeport, puis avec un autre et donc on ne voit pas ton historique ni ce que tu as fait dans le pays. On a aussi mis en place une liste noire, on appelle ça « Watch list » en anglais, avec les personnes recherchées, qui peut être soit par l’empreinte digitale, soit par la photo, soit par le numéro de passeport des passeports volés, toutes ces choses-là. (Ndlr: La « Black list » est une liste de personnes interdites / « Watch list » est une liste de personnes recherchées).


karaziwan albert semlex
Un exemple de contrôle automatisé aux frontières (Source: aéroportsdeparis)


E.F : Quels sont les financements proposés par Semlex ?

R.H : Nous avons un « business model » qui est un peu différent des autres sociétés, c’est-à-dire qu’on ne cherche pas uniquement à vendre une solution. Notre idée est qu'étant donné que nous vendons des systèmes qui sont compliqués à gérer, pour que ça marche il faut accompagner le projet de A à Z, du début à la fin. On propose au gouvernement des projets sur 10 ans, 5 ans, avec non seulement l’assurance pour eux d’avoir du matériel qui fonctionne sur tout la durée du projet mais surtout, en général on propose de financer les projets, les investissements. Donc l’État ne met pas un rond dans l’investissement qui est fait et nous on récupère mensuellement par rapport à la production. Nous faisons tout, c’est pour ça que c’est plus cher qu’une vente, il y a un risque beaucoup plus important pour nous parce que ce sont des pays à risque, qui ne sont pas forcément toujours stables. Même si en général nous faisons attention, il y a toujours un risque lorsqu'on avance de l’argent. C’est comme si tu prêtais de l’argent à l’État, c’est comme si on faisait un prêt. … C’est pour cela qu'aujourd’hui on ne se compare pas à ceux qui se mettent en avant en disant « nous on le fait moins cher ». Ce qui compte pour nous ce n'est pas seulement le prix, c'est le résultat.

E.F : Installez-vous du personnel dans les pays où vous travaillez?

R.H : Il y a deux types de personnel. Il y a d’abord les opérateurs de l’État, donc les gens qui sont déjà dans les services en question de l’État. Ces gens-là sont payés par l’État, et nous les formons à utiliser notre matériel.  Il y a ensuite du personnel de Semlex travaillant sur place dans les différents pays. Par exemple au Mozambique, il y a 25 employés de Semlex, dont 4 expatriés de Belgique et de France. Au Mozambique qui est un grand pays -3000 km de long-, on a beaucoup de missions et nous devons assurer la maintenance des services (« parc » de 500 machines à travers les 11 provinces mozambicaines).

E.F : Créez-vous également de l’emploi sur place ?

R.H. : Oui, surtout au Mozambique, qui est actuellement notre projet le plus important. Dans tous nos projets, il est important pour nous de transmettre un savoir-faire, de former le personnel. 

Journaliste: E. Figaro
Interviewé: Ing. commercial Ralph Hajjar, Semlex Group.